Agences de voyages indépendantes

Sept mois après le début de la pandémie, ce n'est pas le matin de la veille que les voyageurs reprendront l'avion pour Cuba, la France ou même le Costa Rica. Conséquence: il est difficile de voir la lumière au bout du tunnel, affirment les agences de voyages de la région, considérées comme les plus délaissées par la crise.





© Archives, La Presse
Les agences de voyages sont contraintes de rembourser les commissions sur les ventes réalisées avant même le début de la crise et pour lesquelles les voyageurs ont obtenu des remboursements, déplorent certains propriétaires d'agences de la région de la capitale fédérale.

Sans illusions, la propriétaire de l'agence Voyages Lorraine, Josée Silva, croise les doigts pour chercher quelque chose de semblable à la vie normale à moyen terme. Les clients sont rares et, pour ajouter l'insulte au préjudice, il dit que les agences sont obligées de rembourser des commissions sur les ventes réalisées avant même le début de la crise et pour lesquelles les voyageurs ont reçu des remboursements.

«C'est l'enfer car depuis mars, disons que les ventes se comptent sur les doigts d'une seule main. Il ne se passe rien. Ce qui nous attriste, c'est de devoir rembourser les commissions que nous recevons en hiver. Ce n'est vraiment pas si simple, il y a beaucoup de dépenses et les gens ne veulent pas voyager, ils sont inquiets et c'est compréhensible. On parle d'assurance COVID si on doit rester à destination pendant quelques semaines, mais il y a aussi la quarantaine de 14 jours au coin de la rue, ce qui en décourage beaucoup. Tout est contre nous », déplore-t-il.

Mme Silva estime que les agences de voyages auraient dû recevoir un coup de pouce financier des gouvernements.

«Je vous le dis franchement, nous sommes les oubliés de cette crise alors que nous avons été les premiers touchés. On parle de restaurants, d'hôtels, de tourisme, mais pas d'agences de voyages », dit qui n'a réussi à vendre que quelques voyages depuis le printemps, par exemple vers l'Afrique et l'Ouest canadien.



La propriétaire de l'agence Voyages Lorraine, Josée Silva


© Patrick Woodbury, La loi
La propriétaire de l'agence Voyages Lorraine, Josée Silva

En affaires depuis 15 ans, il y voit une lueur d'espoir, mais pas avant 2021.

«C'est l'inconnu, on y va tous les jours. Il va récupérer à un moment donné et quand il le fera, ce sera fort. Ce qui fera la différence, c'est un vaccin», explique le propriétaire de l'agence de Gatineau.

De l'autre côté de la rivière, l'histoire est similaire pour Mario Poulin, propriétaire de Voyages Rockland Travel, qui a envoyé une lettre aux ministres Carla Qualtrough et Mélanie Joly au début de septembre les exhortant à maintenir les programmes de subventions. aide au salaire et au loyer.

La clientèle principale de son agence est constituée de retraités et il organise exclusivement des voyages de groupe organisés.

«(Le gouvernement fédéral) regarde la situation dans son ensemble, avec une reprise des ventes au détail et de la construction, sauf que notre industrie n'a enregistré ni ventes ni bénéfices depuis le 15 mars et le sera au cours des prochains mois. Nous devons être entendus. Aucune personne âgée ne souhaite monter dans un bus avant avril ou mai. La haute saison est terminée pour nous. La tranche d'âge de mes clients est la plus susceptible de mourir de ce virus. Beaucoup d'entre eux disent qu'ils vont attendre la vaccination avant de voyager. C'est catastrophique, pas seulement décevant. Je suis en affaires depuis 30 ans. Vais-je tout perdre à cause d'un virus sanglant? », Déclare l'homme d'affaires d'Ottawa.

(…) Nous sommes les oubliés de cette crise alors que nous étions les premiers touchés. Nous parlons de restaurants, d'hôtels, de tourisme, mais pas d'agences de voyages.

Josée Silva, propriétaire de l'agence Voyages Lorraine

Poulin espère également que le gouvernement «enfilera son pantalon» et forcera des grossistes comme Sunquest et Vacances Air Canada à donner les commissions aux agents de voyages plutôt que de les retenir.

Vous voulez toujours être optimiste dans les circonstances.

«Nous avons déjà vu des catastrophes, par exemple le virus du SRAS ou les attentats du 11 septembre 2001. Ce qui nous sauvera, surtout dans mon cas, c'est un vaccin accessible à tous. C'est ce à quoi je m'accroche. S'il n'y a toujours rien pour le début de l'hiver, ce sera quand même un long printemps. Quoi qu'il en soit, l'industrie changera à coup sûr et nous perdrons des joueurs. Certains collègues m'ont dit qu'ils allaient faire faillite à Noël », a-t-il déclaré.

Chez Voyages Aquarelle, bien que l'on parle d'une baisse de 75% des ventes l'an dernier et que l'équipe soit petite, le propriétaire Marc Charette soutient que les affaires se portent relativement bien.

"Le téléphone sonne. Il y a eu des réservations pour l'ouest du Canada, nous avons aussi vendu un peu pour le nord de l'Ontario et du Québec. Cependant, il y a encore beaucoup de demandes pour le sud, certaines personnes ont réservé pour novembre ou décembre, j'en ai même une fête des 50 pour février. Bien sûr, ils doivent être informés du règlement et qu'ils devront suivre une période de quarantaine à leur retour chez eux. Dans 90% des cas, je pense que ce n'est pas tant le vaccin que la quarantaine qui empêche les gens voyagent. Ils sont déçus à ce moment-là, sinon je pense que plusieurs personnes auraient réservé », dit-il.

M. Charette ajoute que deux personnes de son équipe sont allées visiter des destinations ensoleillées, comme Cancun, où elles ont vu de leurs propres yeux que «les hôtels n'ont pas eu la possibilité de s'adapter et ils ne l'ont jamais été. .

Album photo : Les plus belles plages de cuba