Cuba – Espagne : une longue histoire d'amour… et des déboires

Cuba est embourbé dans une grande agitation ces jours-ci. De l'autre côté de l'Atlantique, l'Espagne voit ces événements avec un mélange de neutralité feinte, de plaisir invisible ou d'inconfort à peine dissimulé. Chacun fait sa part et y va avec sa déclaration. Il faut dire que Cuba, colonie espagnole depuis quatre cents ans, n'est pas n'importe quelle île pour Madrid. Les liens hispano-cubains se tissent de la fin du Moyen Âge à nos jours. Une histoire longue et mouvementée.

Nous sommes le 28 octobre 1492. L'île actuelle de Cuba était habitée par les Taínos, peuple indigène, lorsque Christophe Colomb y mit le pied. La plus grande île des Caraïbes s'appelait alors Juana, en référence -selon les sources- au fils ou à la fille des Rois Catholiques, Isabel et Fernando.

Le conquérant Diego Velázquez / DR

Dans les années qui suivirent, Diego Velázquez (le conquérant et non le peintre !) devint le maître absolu de Cuba. Très vite, les Espagnols profitèrent de l'importance stratégique de l'île, qui fut notamment le point de départ de la conquête du Mexique aztèque par Cortés. Là, ils ont également fondé La Havane et Santiago.
Les conquérants, en quête d'or, sont un peu déçus par les tristes ressources de l'île. Cependant, son climat est tout à fait propice au développement d'une économie de plantation : la célèbre le tabac et le sucre. Ce dernier atout a été continuellement exploité par les Espagnols au XVIIe siècle avant de se développer pleinement au XVIIIe siècle.
De plus, la conflagration révolutionnaire de l'île voisine de Saint-Domingue – conséquence de la Révolution française – a fait de Cuba le premier producteur mondial de sucre. La présence dedes esclaves originaires d'Afrique subsaharienne dans les plantations augmente considérablement.

Plantation de sucre à Cuba
Plantation de sucre à Cuba / RD

De la fin de l'esclavage dans les colonies espagnoles à l'indépendance de Cuba

Après la vague d'indépendance des colonies espagnoles dans les années 1810 et 1820, qui a vu le Mexique faire sécession de Madrid, Cuba est resté dans le giron espagnol. Il faut dire que les liens commerciaux hispano-cubains sont de longue durée, satisfaisant l'élite commerciale de l'île.
Cependant, les commerçants à Cuba ne peuvent s'empêcher de contempler l'immense marché américain, dont l'accès est compliqué par la métropole jalouse et lointaine.
Les États-Unis d'Amérique l'ont parfaitement compris et suscitent secrètement des tendances indépendantistes. De manière significative, un Parti révolutionnaire cubain est créé à New York.
La première étincelle fut allumée à la suite de la Révolution espagnole de 1868. Le conflit, surtout ancré dans l'est de l'île, dura dix ans et se termina par la défaite des insurgés cubains. Ces derniers tentent à nouveau leur chance l'année suivante, sans plus de succès que la démonstration d'objectifs d'indépendance de plus en plus affirmés.
Surtout, et cette décision va bouleverser le jeu politique de l'île, en 1882, l'esclavage est aboli dans les colonies espagnoles. Les grands propriétaires terriens, traditionnellement fidèles à Madrid, sont furieux et rejoignent les insurgés. En 1895, une troisième offensive d'indépendance est lancée, cette fois plus poussée. Le gouvernement colonial a vacillé et a été contraint de accorder à Cuba le statut d'autonomie en 1897.
Enfin, l'incident du cuirassé américain Maine provoque l'entrée en guerre des États-Unis d'Amérique, qui n'attendaient rien, avec les insurgés cubains.

L'épave du cuirassé américain Maine au large de La Havane
L'épave du cuirassé américain Maine au large de La Havane / DR

On suit guerre hispano américaine, vite perdu par l'Espagne. Le traité de Paris sanctionne la perte de Cuba, de Porto Rico et des Philippines, qui deviennent des territoires américains. Cuba ne deviendra totalement indépendante qu'en 1902.
Alors que l'Europe est en pleine période coloniale, L'Espagne est dépossédée. La perte définitive de la colonie aura des conséquences importantes pour la politique intérieure espagnole. Une partie vengeresse de l'armée attendra son temps dans l'obscurité pour restaurer la grandeur de l'Empire vaincu.

Le Cuba de Castro et l'Espagne de Franco, dans les tempêtes de la guerre froide

Même indépendamment des États-Unis, ces derniers continuent d'exercer une influence, confinant à la tutelle, de l'ancienne colonie espagnole. Cependant, la situation change radicalement lorsque le Général de Batista, caudillo de La Havane et pro-américain, est renversé par un mouvement révolutionnaire dirigé par Fidel Castro.
L'Oncle Sam assiste alors avec admiration à l'installation d'un régime communiste au large de ses côtes alors que la guerre froide entre les États-Unis et l'URSS a paralysé le monde d'après-guerre. Les présidents américains Eisenhower puis Kennedy imposent un blocus commercial à la résistance de l'île de Castro, avec l'aide du « grand frère » soviétique.

Fidel Castro
Fidel Castro / DR

De l'autre côté de l'Atlantique L'Espagne du général Franco est dans une situation difficile caractéristique de celle d'une métropole par rapport à une colonie qui a navigué après quatre siècles en commun.
D'une part, l'idéologie franquiste est viscéralement anticommuniste, la haine des « rouges » ayant servi de bannière pendant la guerre civile (1936-1939). Aussi, le nouveau régime cubain, instauré par Fidel Castro et béni par l'Union soviétique, a tout pour irriter le Caudillo. Par ailleurs, l'Espagne a été officieusement réadmise au concert des nations par le biais d'un doublage par les États-Unis, lui-même conditionné par la célébration d'accords militaires parmi lesquels figure lehébergement de bases militaires américaines en terres ibériques.

D'autre part, les relations hispano-cubaines ne se sont pas rompues comme on pourrait le penser à la suite du virage de l'île vers le socialisme d'État. Au contraire, Pendant les années les plus tendues du blocus commercial, l'Espagne, ignorant la pression américaine, continuera à commercer avec l'île et maintiendra la liaison aérienne d'Iberia..
Une attitude qui ne sera pas oubliée outre-Atlantique, comme en témoigne cette étonnante instruction du pouvoir cubain à la mort de Franco. Trois jours de deuil officiel ont été déclarés, alors que l'information n'aurait pas dû passer en Occident. Cependant, plus directement, Le leader communiste cubain rendra hommage au généralissime en 1978 lors de la visite d'Adolfo Suárez (premier Premier ministre de la transition) à La Havane. pour avoir su résister aux pressions « impérialistes » des États-Unis. Castro mentionnera même la Galice comme lien entre les deux hommes : le père du révolutionnaire était de là, tout comme Franco.

Des décennies plus tard, face aux troubles populaires qui secouent Cuba, chacun dans le paysage politique espagnol a assumé son rôle : la droite punit la dictature communiste qui opprime le peuple tandis que la gauche au pouvoir refuse, non sans malaise, d'employer ce terme.
Ces affrontements et la profusion de débats sur la situation outre-Atlantique témoignent de la permanence des liens anciens et complexes qui perdurent entre l'Espagne et son ancienne colonie.

Album photo : Les plus belles plages de cuba