Cuba espère continuer à améliorer ses relations avec l'Union européenne

Ce mardi, Cuba a déclaré qu’il espérait continuer sur la voie des progrès relations bilatérales avec l'Union européenne (UE), après l'arrivée de l'actuel ministre des Affaires étrangères espagnol, Josep Borrell, au poste de haut représentant de la communauté pour les affaires étrangères et de vice-président de la Commission européenne.

"Nous espérons continuer à entretenir un dialogue constructif fondé sur le dialogue politique et l'accord de coopération", premier accord bilatéral entre l'UE et Cuba appliqué depuis deux ans, conformément aux principes de "respect" et de "non-ingérence". "A déclaré l'ambassadrice de Cuba à Bruxelles, Norma Goicochea, lors d'une réunion avec des journalistes.

Le 1er décembre, Borrell assumera les fonctions de Federica Mogherini, italienne, à la tête du service diplomatique de l'UE. Au cours de son mandat, il est parvenu à annuler la position commune unilatérale et restrictive de l'UE à l'égard de Cuba et à développer l'accord actuel qui sert de cadre à ses relations.

À la mi-octobre, M. Borrell a effectué une visite à Cuba au cours de laquelle il s'est entretenu avec le président Miguel Díaz-Canel et d'autres dirigeants. A cette occasion, le ministre espagnol des Affaires étrangères a rejeté, au nom de son pays et de l'Union européenne, les "mesures extraterritoriales et unilatérales" imposées par Washington et a promis de soutenir les entreprises espagnoles opérant sur l'île et touchées par la montée des États-Unis. sanctions

Díaz-Canel rencontre Josep Borrell

Goicochea a déclaré à Bruxelles que l'objectif était de "continuer à avancer" sur cette voie qui "reflète une volonté" de l'Union européenne qui "n'a rien à voir avec ce que font les Etats-Unis".

"Lorsque les Etats-Unis ont fermé les voies de dialogue, l'UE les a ouvertes", a déclaré l'ambassadeur, estimant que l'Union européenne "accompagnait" l'île dans le cadre de sa coopération dans divers domaines.

L'ambassadeur a expliqué, plusieurs jours avant que l'Assemblée générale des Nations Unies se déclare à nouveau sur la résolution que Cuba présente chaque année pour condamner le cependant imposé par Washington à l'île, le harcèlement économique américain s'est "intensifié" depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

L'activation du titre III du Helms-Burton La loi sur l’administration Trump de 1996, adoptée en mai, autorisait l’ouverture de poursuites devant les tribunaux américains pour avoir utilisé des terres et des biens nationalisés à Cuba après la révolution de 1959.

Ceci est également ajouté à d'autres actions EE. UU. Cela interdit les croisières aux USA. UU., Dispositions que l'UE a considérées comme "extraterritoriales" et "unilatérales".

Meliá admet des "pressions" pour travailler à Cuba

"Trump tente d'imposer la politique du bâton", a déclaré Goicochea, confirmant qu'à la fin du mois d'octobre, 20 actions en justice avaient déjà été engagées dans le cadre du Titre III.

Selon elle, les secteurs les plus touchés par cette disposition sont l'industrie, le tourisme et les initiatives privées.

L'UE a déjà avancé son intention d'appliquer le "statut d'embargo", qui interdit l'application sur le territoire européen de peines aux États-Unis. UU. Fondé sur le titre III, il permet aux accusés de recevoir une indemnisation devant les tribunaux européens. Elle n'exclut pas non plus un éventuel procès devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

EFE / OnCuba

Album photo : Les plus belles plages de cuba

Notez cet article