Haïti et le Nicaragua obtiennent une dérogation des États-Unis à la règle de voyage de Covid

Un homme tatoué du drapeau haïtien se fait injecter sa première dose du vaccin Moderna COVID-19 à l'Hôpital de l'Université de la Paix, à Port-au-Prince, Haïti, le samedi 17 juillet 2021. Des travailleurs de la Santé et les personnes âgées ont été les premières personnes vaccinées vendredi en Haïti dans le cadre d'un test après que le pays a récemment reçu une cargaison de doses des Nations Unies.

Un homme tatoué du drapeau haïtien se fait injecter sa première dose du vaccin Moderna COVID-19 à l'Hôpital de l'Université de la Paix, à Port-au-Prince, Haïti, le samedi 17 juillet 2021. Des travailleurs de la Santé et les personnes âgées ont été les premières personnes vaccinées vendredi en Haïti dans le cadre d'un test après que le pays a récemment reçu une cargaison de doses des Nations Unies.

PA

La plupart des étrangers d'Amérique latine et des Caraïbes qui n'ont pas été complètement vaccinés contre le COVID-19 ne pourront pas entrer aux États-Unis par voie aérienne en vertu des directives de voyage plus strictes qui entreront en vigueur le 8 novembre.

Les nouvelles exigences en matière de vaccination et de test pour les voyageurs internationaux ont été signées par le président Joe Biden il y a une semaine. Ils incluent des exemptions pour les non-touristes d'Haïti et du Nicaragua, où les taux de vaccination sont faibles, mais la plupart des détenteurs de visas américains, y compris ceux qui ont des visas d'affaires et de tourisme, devront toujours présenter une preuve de vaccination pour entrer aux États-Unis.

Également touchés par les nouvelles règles de voyage des États-Unis: les visiteurs de Cuba, où deux vaccins locaux, Soberana et Abdala, n'ont pas été approuvés par l'Organisation mondiale de la santé, ainsi que ceux d'autres parties de la région qui ont été inoculés avec le virus russe Vaccin Spoutnik.

Les nouvelles directives américaines exigent que les gens reçoivent des vaccins de la liste approuvée par l'OMS, même s'ils n'ont pas été approuvés par les États-Unis.

"Cette politique donne la priorité à la santé publique, en protégeant les citoyens et résidents américains, ainsi que ceux qui viennent nous rendre visite", a déclaré le porte-parole du département d'État, Ned Price. "Parce qu'elle donne la priorité à la santé publique, les exceptions à cette politique seront extrêmement limitées, y compris les enfants de moins de 18 ans et certaines personnes dans les pays où les vaccins ne sont pas encore facilement accessibles."

Les non-touristes de près de 50 pays, dont Haïti et le Nicaragua, où le taux de vaccination est inférieur à 10 %, font partie de ceux qui ont bénéficié d'une exemption.

En juillet, Haïti est devenu le dernier pays des Amériques à recevoir des vaccins après que le gouvernement Biden a envoyé 500 000 doses d'injections de Moderna à Port-au-Prince une semaine après l'assassinat du président haïtien Jovenel Moïse le 7 juillet et des semaines après la mort de le pays. chef de la cour supérieure d'une maladie liée à la COVID-19.

Dimanche, le ministère haïtien de la Santé a signalé que 135 256 doses du vaccin Moderna COVID-19 avaient été administrées. Parmi ceux-ci, 39 335 étaient des deuxièmes doses, laissant Haïti avec moins de 1% de sa population vaccinée. Avec l'expiration des vaccins, le ministère haïtien de la Santé a décidé de réaffecter 250 000 doses au Honduras, avec l'aide de l'Organisation panaméricaine de la santé, pour éviter de gaspiller des vaccins, a indiqué l'organisme régional.

Avec le scepticisme vis-à-vis des vaccins et le manque d'argent pour les campagnes de sensibilisation aux vaccins entravant le lancement, l'Organisation panaméricaine de la santé a annoncé qu'elle enverrait 150 000 doses uniques de Johnson et Johnson pour vacciner les agents de santé et les premiers intervenants dans les zones touchées par le récent tremblement de terre qui a dévasté le sud d'Haïti péninsule, dans l'espoir d'immuniser davantage d'Haïtiens contre la pandémie mortelle.

Quant au Nicaragua, l'OPS a déclaré avoir reçu 2 407 270 doses dans le cadre du programme d'échange de vaccins soutenu par l'ONU connu sous le nom de COVAX. Selon les données transmises par le ministère nicaraguayen de la Santé à l'OPS, le pays a administré un total de 1 540 217 doses au 29 octobre, mais à ce jour, seules 414 670 personnes sont considérées comme complètement vaccinées.

L'exemption pour Haïti et le Nicaragua ne couvre pas les titulaires de visas d'affaires et de tourisme, B1 ou B2, respectivement. Ils devront toujours présenter une preuve de vaccination et un test COVID-19 effectué dans les trois jours pour embarquer sur un vol, ont déclaré les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.

Il appartiendra aux compagnies aériennes de déterminer si les voyageurs étrangers satisfont aux exigences de vaccination des États-Unis pour voyager avant d'embarquer sur des vols à destination des États-Unis, y compris de vérifier que la dernière dose a été administrée au moins deux semaines avant la date du voyage.

Après avoir interdit aux visiteurs de 33 pays, dont l'Inde, la Chine et la majeure partie de l'Europe, même s'ils étaient entièrement vaccinés, la Maison Blanche a annoncé en septembre qu'elle resserrerait les exigences pour les voyageurs à destination des États-Unis, qui devaient soumettre un test COVID viral négatif . résultat dans les 72 heures suivant le voyage, qu'ils aient été vaccinés ou non.

Désormais, les nouvelles directives exigent que tous les citoyens américains et résidents permanents légaux, ainsi que les visiteurs, présentent une preuve de vaccination et soient testés trois jours avant le voyage. Les Américains non vaccinés et les résidents permanents en voyage devront soumettre un test COVID négatif un jour avant de rentrer aux États-Unis, tandis que les ressortissants étrangers non vaccinés ne seront autorisés à entrer que dans des circonstances limitées.

Le CDC est désormais également tenu de collecter les numéros de téléphone, les e-mails et une adresse américaine de tous les passagers aériens internationaux, dans le cadre des nouvelles règles de recherche des contacts. Les compagnies aériennes doivent conserver les informations pendant 30 jours pour assurer le suivi des voyageurs au cas où quelqu'un serait exposé au COVID-19.

El Nuevo Herald Cuba / La journaliste politique des États-Unis et de l'Amérique latine, Nora Gámez Torres, a contribué à ce rapport.

Cette histoire a été publiée à l'origine 2 novembre 2021 17h54

Jacqueline Charles a fait des reportages sur Haïti et les Caraïbes anglophones pour le Miami Herald pendant plus d'une décennie. Finaliste du prix Pulitzer pour sa couverture du tremblement de terre en Haïti en 2010, elle a reçu le prix Maria Moors Cabot 2018, le prix le plus prestigieux pour la couverture des Amériques.

Album photo : Les plus belles plages de cuba